Le Musée des Beaux-Arts

8 juillet 2018

De la villa Kotschoubey au musée Jules Chéret.

En 1878, la princesse ukrainienne Elisabeth Kotschoubey se rend propriétaire d’un terrain de plus d’un hectare sur la colline des Baumettes, et y entreprend la construction d’une villa. 

En 1883, elle cède la propriété à James Thomson, un richissime américain. Ce dernier, aidé de l’architecte niçois Constantin Scala, donne le panache définitif à cet édifice avec de fausses fresques et un grand jardin anglais. Le palais connaît de fastueuses réceptions, des concerts et des bals auxquels sont invités les plus célèbres hivernants de la Côte d’Azur. 

Après le décès de Sir James Thomson en 1897, la villa est vendue après avoir vu son parc réduit au tiers. En 1925, la Ville de Nice décide de la transformer en musée des Beaux-Arts, sous le nom de « Palais des Arts Jules Chéret ». L’intérieur subit de profondes modifications, mais le grand escalier est préservé, sans doute l’un des plus beaux de la Belle Epoque sur la Côte d’Azur.

Le musée est inauguré le 7 janvier 1928 par Gustav Adolf Mossa qui en sera le conservateur pendant presque cinquante ans. La collection provient de nombreux dons et legs ainsi que de dépôts de l’Etat.


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques de visite du site.

En savoir plus Fermer